un cordel sur la littératie ? bis

jeudi 30 mars 2017
par  Outils
popularité : 13%

avec le grain de sel de PYT

Littératie : c’est un terme que personne ne connait. C’est différent de l’illettrisme
La question est : comment se comprendre , c’est-à-dire comment comprendre ce que l’autre comprend…
Pour les patients : comment s’approprier l’information en santé
pour être acteur/actrice de sa santé, il lui faut accéder à l’information, la comprendre, trier l’information conflictuelle, choisir la plus fiable, selon les sources et ce qui est dit, saisir son sens pour l’intégrer à ses propres façons de s’occuper de soi afin de faire des choix.

Comment communiquer quand nous ne sommes pas dans le même bain culturel ?
on pourrait donner à ce cordel, comme titre :

Votre patient ne comprend rien, ne vous inquiétez.
Votre médecin parle une autre langue
Vous ne comprenez pas ce que votre médecin vous a dit , ne vous inquiétez pas.

Parler le docteur, parler le patient
pour reprendre le point de vue des Canadiens, un titre du style : " Bien se comprendre, médecins, patients, soignants "
ou alors : "Patient.es, soignant.es : se comprendre"
parler d’Empowerment

Quelle est notre posture en consultation ?
Quand nous sommes en forme, cela se passe bien.
Accueil et accompagnement : on fait un bout de chemin ensemble.
Il faut que les univers se rencontrent avec des météos différentes.
Garantir le respect, l’attention.
Considérer que la parole du patient est un point de vue qui a autant de valeur que le notre, c’est la base de la décision partagée. L’engagement est réciproque.
Trouver le parler « juste » et simple, avec des mots qui sont compris par le patient.
multiplier les canaux de communication.

Les fiches infos patients sont intéressantes quand il y a peu d’informations, avec des visuels et des phrases très simples

Le pharmacien joue un grand rôle, qui écrit sur la boîte, qui explique la prescription

Les savoirs :
Les patient.es ont des intuitions, des savoirs, une expérience de la vie avec la malade. Ils/elles ont aussi des savoirs d’agir car ils/elles ont du prendre eux mêmes des décisions concernant leur santé, surtout quand ils/elles ont une maladie chronique.

Le/la patient.e a lu des documents sur internet, il/elle vous pose des questions : C’est rassurant, il s’intéresse à sa santé !
Le/la médecin connait la maladie et le/la patient.e se connait en tant que personne.
Le/la patient.e se connait mieux que le/la médecin ne le/la connait
La parole de l’un.e a la même valeur que la parole de l’autre.

Les savoirs du médecin et ceux du patient doivent se croiser pour trouver ensemble la meilleure solution à un problème de santé

La reformulation :
C’est nécessaire mais pas suffisant. D’où l’importance de la posture
Remplacer « Avez-vous compris ? » par « Qu’est-ce que vous avez compris ? »
Faire Reformuler par le patient c’est s’assurer que le message est passé.
Simplifier sans simplisme.
QU’EST-CE QUI VOUS AMÈNE ?
Remplacer « Savez-vous pourquoi vous êtes là ? » par « dites moi pourquoi vous êtes là ? »
"Avez-vous encore quelque chose à me dire ?" c’est encore mieux que "Avez-vous des questions ?"
Amener le patient à « oser dire » c’est accepter les silences, les temps de réflexion
« Qu’est ce qui vous pose question ? »
« Quel bon vent vous amène ? » quand on connait bien les personnes. ( Note PYT faut vraiment connaitre et être sur que ce n’est pas le mauvais vent !)
Laisser poser des questions (le médecin coupe la parole au bout de 10 secondes)

Le langage verbal est un mode de communication imparfait.
Regarder la personne, quitter l’ordinateur, être assis à côté/regarder en face, l’invitation à se parler en tête à tête est déjà un début d’éducation car elle provoque des interrogations et des réflexions
Utiliser des pictogrammes.
Encourager les listes ?

L’ordonnance : oser négocier, contester les prescriptions, demander des arguments et donner son avis.
Oser refuser si on n’est pas d’accord (de prendre un médicament, de faire un examen).
La consultation n’est pas l’ordonnance, on peut sortir de consultation sans ordonnance.
Ecouter le/la patient.e quand il/elle dit qu’il/elle ne supporte pas

Les formulations aidantes : C’est nécessaire mais pas suffisant
Pratico-pratique :
Comment préparer sa consultation avec le médecin
Ne pas oublier de poser vos questions : les listes, les boites et pourquoi pas les photos…
Ordonnance : si l’ordonnance est trop copieuse, parlez-en à votre médecin avant d’aller à la pharmacie.
Lettre pour les correspondants : la lire au patient, le/la patient.e doit comprendre, enveloppe ouverte, langage adapté, texte lu et commenté.
"je lui dis comme ça est-ce que ça vous va ?"
L’information appartient au/à la patient.e
Expliquer pourquoi on donne un prochain rendez-vous

Pour le cordel :
On s’adressera aux patients et aux médecins .
Quelle langue parle votre médecin ?
La médecine est-elle une terre étrangère, un pays lointain pour lequel il faut un guide, un interprète ?
La méthode assimil de la consultation
Définir la littératie, en parler mais trouver d’autres termes
Rappeler que 50% des adultes ne savent pas trouver l’information médicale qui leur serait adaptée pour pouvoir l’utiliser pour eux-mêmes, alors que tou.tes ont envie de s’occuper de leur santé.
Si le patient ne dit rien, n’ayez pas peur. Laissez lui le temps de réfléchir
Si vous avez lu quelque chose sur internet, parlez-en à votre médecin

Visitez notre site : http://poletp.fr/


Pôle de Ressources- Ile de France-en Education Thérapeutique du Patient
16 bis Rue Lauzin 75019
Tel 06 60 20 40 10


Commentaires

Agenda

<<

2017

>>

<<

Novembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Annonces

Pour les migrants !

Cévennes, terre de refuge...


Statistiques

Dernière mise à jour

dimanche 19 novembre 2017

Publication

373 Articles
53 Albums photo
33 Brèves
Aucun site
20 Auteurs

Visites

102 aujourd’hui
56 hier
57670 depuis le début
2 visiteurs actuellement connectés