Vivre avec une personne dépendante de l’alcool - Cordel N°58

jeudi 15 novembre 2018
par  Martin Coutellier, Outils du soin
popularité : 49%

Vivre avec une personne dépendante de l’alcool

Une situation complexe
Aujourd’hui, la dépendance à l’alcool est considérée comme une maladie. Bien sûr, il s’agit d’une maladie particulière, notamment parce que les épisodes répétés de consommations d’alcool peuvent retentir de façon importante sur les proches, en particulier sur son ou sa conjoint.e et ses enfants.
Lors des moments d’alcoolisation, il peut y avoir des problèmes de violences physiques ou verbales qui nécessitent des mesures parfois urgentes de mise à l’abri.
Même, lorsqu’il n’y a pas de violence, la situation est souvent complexe. On se retrouve avec des sentiments et des désirs contradictoires : aider une personne aimée mais aussi s’en protéger. A la fois inquiet.e et en empathie vis-à-vis de ce proche qui ne va pas bien, qu’on aime et qu’on veut aider et à la fois, en colère car il ou elle, nous fait du mal, nous met dans de mauvaises situations, et ne parvient pas à utiliser l’aide qu’on veut lui apporter. Cela peut générer une sensation d’impuissance pour soi et pour l’autre, dont il n’est pas facile de sortir. Pour les proches de malades alcooliques, ces contradictions sont fréquentes, mais difficiles à vivre. Elles peuvent l’être d’autant plus que l’on a déjà connu des situations semblables, notamment dans l’enfance, vis-à-vis d’un parent malheureux, voire maltraitant qu’on aimait, qu’on craignait, qu’on espérait aider, mais qui avait du mal à reconnaître nos envies de l’aider. Les enfants ont envie de « sauver » leurs parents mais ce n’est pas leur rôle.
Dans ces situations, on adopte parfois des stratégies de contrôle (cacher les bouteilles, vérifier l’haleine... qui compliquent encore la relation avec la personne alcoolique. A l’inverse, le besoin de consommer de l’alcool peut sembler tellement fort qu’on se retrouve parfois, à aider une personne alcoolique qu’on aime, à s’en procurer. Se concentrer sur la consommation d’alcool lorsque l’on veut aider un ou une proche ne s’avère pas utile à l’usage et perturbe la relation.

Le problème des alcooliques n’est pas l‘alcool

Cela peut sembler paradoxal, mais l’idée que la consommation d’alcool n’est pas le problème principal,
peut se révéler très utile. En effet, dans l’immense majorité des cas, une personne développe une dépendance à l’alcool parce que ce produit l’aide temporairement à vivre mieux avec elle-même, et à vivre avec les autres. Par ses effets anesthésiants, l’alcool supprime ou diminue les émotions et sensations désagréables liées à ses difficultés, mais sur le fond, ne permet pas de les résoudre. Par exemple une personne très timide aura plus de facilité à échanger avec les autres quand elle a bu, mais cela ne l’aide pas à devenir plus à l’aise dans ses relations en général. De plus, l’utilisation régulière d’alcool et à fortes doses, peut bien sûr avoir énormément de conséquences (santé, relations avec les ami.e.s et la famille, travail, finances, etc.) qui peuvent fonctionner en cercles vicieux.
Pour aider une personne dépendante de l’alcool, il est utile de prendre en compte ses problèmes « de fond » et de voir que l’alcool ne donne qu’un temps l’illusion de les régler. Ces difficultés à vivre avec soi-même, et à être avec les autres, sont en général liées à des événements de la vie passée, parfois de l’enfance. Il y a souvent besoin de temps, et parfois d’une aide extérieure, pour que la personne puisse surmonter tout cela et se passer d’alcool.

Ne pas rester seul.e et chercher des allié.es.
La question est alors de pouvoir aider à enclencher un changement chez la personne malade, tout en la protégeant de situation où elle se met elle-même en danger ainsi que d’éventuelles violences vis-à-vis de son entourage. Pour faire face à ce défi, il est important de chercher une aide extérieure, auprès de parent.e.s, d’ami.e.s, d’associations et/ou de soignant.e.s. En effet c’est l’un des conseils le plus utile que de tout mettre en œuvre pour ne pas rester seul.e et chercher des allié.e.s sur qui s’appuyer.
Initier ce changement est souvent très difficile, voire impossible pour les proches parce qu’on a cette position particulière, cette proximité, cette intimité. La personne alcoolique, qu’on cherche à aider, peut être inaccessible à certaines discussions, à certains conseils. Les engagements sincères mais non tenus et les dénis peuvent être décourageants. Il est donc utile d’aider un.e proche alcoolique à rencontrer d’autres ressources pour amorcer un changement. Des associations d’ancien buveurs proposent une aide inconditionnelle avec des réunions régulières. Certain.e.s soignant.e.s peuvent être sollicité.e.s : médecins généralistes, médecins alcoologues, psychiatres, psychologues, infirmier.es, assistant.es social.es, éducateur.trice.s etc. Certain.e.s de ces professionnel.le.s travaillent dans les centres d’alcoologie appelés CSAPA, où les consultations sont gratuites. Les personnes dépendantes de l’alcool refusent parfois d’être soignées ou de rencontrer des associations d’anciens buveurs, ce qui ne veut pas dire qu’elles n’en ont pas besoin ; elles peuvent avoir besoin de temps pour voir l’aide que cela peut leur apporter. En attendant, pour continuer à y croire efficacement, les proches ont le droit de se faire aider pour eux/elles-mêmes.

Crier dans le désert
Nous sommes tellement nombreux à crier dans le désert
que le désert s’est peuplé de nos voix
Dunes noires que le vent modèle
malaxe et rejette à grande furie
Nous faisons tant de bruit
que nos ondes s’entremêlent
s’enficellent et nous saucissonnent d’ennui.
Colette Fournier

Jolie bouteille
Jolie bouteille, sacrée bouteille
Veux-tu me laisser tranquille
Je veux te quitter, je veux m’en aller
Je veux recommencer ma vie.
Graeme Allwright

Un cours sur l’alcool
« Vous ne buvez pas, je vous crois car vous me le dites
Mais pour votre santé, buvez encore moins ! »
Bernard Rueff

Cordel : petit fascicule brésilien de poèmes ou écrits subversifs accroché à une corde à linge et vendus dans les marchés.

Cordel N°58, septembre 2018, écrit par le Collectif Outils du soin avec l’aide de Martin Coutellier, médecin généraliste addictologue, www.outilsdusoin.fr
info document - PNG - 18.9 ko

Qu’est-ce que l’alcoolisme ?


On se demande parfois si un de nos proches ou nous-mêmes sommes alcooliques. Au sens médical du terme, être dépendant à l’alcool, c’est le fait de ne pas pouvoir s’abstenir de boire, même lorsque l’alcool nous cause des problèmes au travail ou dans la famille, des problèmes financiers ou des soucis de santé ; même lorsqu’on a pris la décision de boire moins ou d’arrêter.
La dépendance, c’est la perte de liberté par rapport à l’alcool. Même s’il n’y a pas de dépendance, certaines consommations sont plus à risque pour la santé :

  • Consommation importante avec risque de coma éthylique,
  • Mélange avec d’autres drogues.



Quels dangers pour la santé ?
C’est normal de s’inquiéter des conséquences d’une consommation importante et régulière d’alcool. Car l’alcool touche non seulement le foie mais aussi d’autres organes, notamment les nerfs et peut provoquer des troubles de la mémoire, des difficultés à s’orienter, des douleurs de jambe avec des troubles de la marche… en particulier lorsque la personne ne mange pas, ou très peu. Pour les personnes qui en boivent de grandes quantités, l’arrêt brutal de l’alcool peut entraîner une crise de délire (« delirium tremens ») qui met la vie en danger.
Les gens qui boivent beaucoup d’alcool peuvent aussi parfois fumer ce qui crée des problèmes de santé et peut aussi être un facteur de rechute : le fait d’allumer une cigarette dans certaines circonstances peut déclencher une forte envie d’alcool. Les arrêts combinés, qui étaient auparavant considérés comme plus difficiles, obtiennent souvent de bons résultats.

Où s’adresser ?


Les associations d’anciens buveurs organisent des réunions dans différentes villes et parfois se déplacent à domicile. Certaines proposent aussi des espaces pour les proches. Pour connaître les lieux et horaires des rendez-vous, l’idéal est de voir sur leur site ou de les appeler :

- Alcooliques anonymes : 09.69.39.40.20 ;
www.alcooliques-anonymes.fr

- Narcotiques anonymes : 01.43.72.12.72 ; www.narcotiquesanonymes.org

- Vie Libre : www.vielibre.org

- Croix Bleue : www.croixbleue.fr

- Al-anon (pour l’entourage) et Alateen (pour les jeunes) : http://al-anon-alateen.fr/
Les Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) sont des lieux de consultation où rencontrer des soignant.e.s (médecin, infirmier.e, psychologue) mais aussi d’autres professionnel.le.s (éducateur.trice, assistant.e social.e, etc.) Ils accueillent les patient.es ou l’entourage. Ils sont présents dans la plupart des villes et peuvent également proposer des groupes de parole et des ateliers (peinture, écriture...)
Les centres de cure proposent des hospitalisations pour couper du contexte habituel et permettre de travailler à un arrêt prolongé d’alcool. Ils impliquent, eux, un engagement de la personne à l’arrêt de l’alcool.

Pour accéder au PDF, cliquer sur la vignette ci-contre

PDF - 929.5 ko
Vivre avec une personne dépendante de l’alcool

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2018

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois

Annonces

Pour les migrants !

Cévennes, terre de refuge...


Statistiques

Dernière mise à jour

lundi 10 décembre 2018

Publication

410 Articles
54 Albums photo
35 Brèves
Aucun site
25 Auteurs

Visites

80 aujourd’hui
89 hier
84985 depuis le début
9 visiteurs actuellement connectés