Actualités des luttes de précaires sous coronavirus au 5 mai 2020 - Réseau Stop Précarité...

jeudi 7 mai 2020
par  Evelyne Perrin du Réseau Stop-Précarité
popularité : 2%

Rappel : pour une lecture agréable : n’hésitez pas à cliquer sur la loupe marquée d’un A, juste au-dessus et en bas, à droite du grand bandeau rouge d’accueil !

1. La reprise de l’activité sans réelle garantie sanitaire


L’état d’urgence sanitaire est prolongé de deux mois, jusqu’au 24 juillet, mais le plan de déconfinement du gouvernement est dramatiquement inadapté et irresponsable
(le Sénat vient de le rejeter mais par vote consultatif !).
Si les lycées ne rouvriront qu’en juin et les collèges selon les départements à partir du 18 mai, le gouvernement confirme la réouverture des crèches, écoles maternelles et primaires le 11 mai, alors que le Conseil scientifique monté par le gouvernement lui-même préconisait d’attendre septembre dans son avis du 20 avril – - Le Conseil scientifique a pris acte de la décision du gouvernement et rappelé
les conditions sanitaires à respecter.
Or les conditions de sécurité sanitaire ne sont pas réunies (masques, distanciation..) et le protocole sanitaire établi par le gouvernement a même été allégé entre fin avril et début mai. Le droit de retrait des enseignants est plus important que jamais. Cf. http://la-petite-boite-a-outils.org/fiche-n6droit-de-retrait-et-dalerte/ .
Une majorité d’enseignants, leurs syndicats - le SNUIPP a déposé un droit de retrait national - et de nombreux maires (391 en Ile de France) s’opposent à cette réouverture des écoles le 11 mai, ainsi que de nombreux parents. Un référé préventif au tribunal permet aussi de suspendre une décision administrative en cas de doute sur les risques. Cf. https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1378 . Voir aussi la fiche pratique de SUD Culture sur les arrêts maladie ouvrant droit au chômage partiel.
La réouverture à marche forcée des écoles répond à la demande du patronat et des grandes entreprises qui font pression pour reprendre leurs activités sans que soient réunies toutes les conditions de sécurité sanitaire pour leur personnel. Or celles-ci devraient être sous le contrôle des salariés.
La Poste, confrontée à un exercice massif du droit de retrait et à un référé gagné par les syndicats, n’a toujours pas établi la liste de ses activités essentielles faute d’astreinte, et veut imposer un grand plan de réorganisation (travail l’après-midi, surcharge et cadences, fusion de bureaux), auquel il faut s’opposer partout en même temps.
La Cour d’appel de Versailles a le 24 avril confirmé la décision du tribunal de Nanterre condamnant Amazon, à la demande de Solidaires et autres syndicats, à évaluer les risques sanitaires dans ses entrepôts ; elle a toutefois élargi la liste des produits dont la livraison est autorisée. Après avoir fermé ses centres de distribution jusqu’au 5 mai tout en faisant livrer ses produits de l’étranger, Amazon a voulu imposer le chômage partiel (refus du tribunal) et ne négocie toujours pas les conditions de reprise en sécurité sanitaire avec les syndicats.
Alors que l’Agence Santé France 600 millions de masques FFP2 pour les soignants et 1 milliard de masques chirurgicaux pour la population, le gouvernement annonce seulement 117 millions de masques chirurgicaux pour les services hospitaliers – or des milliers de soignants ont été contaminés. SUD Santé Sociaux a déposé un droit d’alerte pour les professionnels de la santé, du social et médico-social.
A la RATP, où le trafic sera à 70% le 11 mai, comment assurer la distanciation ? Dans la plupart des secteurs, la reprise de l’activité s’annonce insuffisamment préparée et porteuse de risques injustifiés et illégaux.

2. Une explosion du chômage non indemnisé et de la précarité

La sortie du confinement va s’accompagner d’une situation sociale explosive. Les entreprises qui auront subsisté vont reprendre avec une activité souvent réduite et procéder à des licenciements. D’ores et déjà des milliers de missions d’intérim et de CDD se sont vus arrêtés, le chômage a bondi de 7% en mars (pour les inscrits) .
Si on compte début mai 11,3 millions de salariés en chômage partiel (un million de plus que fin avril), l’Etat projette de diminuer sa prise en charge (actuellement de 50%). Les droits aux allocations chômage ARE et ASS sont prolongés jusqu’à fin mai ( sous réserve d’actualisation), mais une majorité de sans emploi ne touchent rien, comme par exemple les vacataires n’ayant pas commencé leur nouvelle mission avant le confinement.
La faim frappe des milliers de familles, de jeunes, étudiants ou travailleurs informels, le Préfet de Seine St Denis alertant sur des risques de famine. L’aide d’urgence de 150 euros par ménage plus 100 euros par enfant mise en place en avril ne représente que 2,50 euros par jour et est réservée aux allocataires RSA et ASS, les personnes âgées au minimum vieillesse et les adultes handicapés en étant exclus. Le RSA dont le montant est gelé depuis 2017 doit être revalorisé et ouvert aux moins de 25 ans, la France étant l’un des rares pays d’Europe à les exclure de toute aide.
Le plan de relance du gouvernement est totalement insuffisant et doit assurer des moyens d’existence à tou-te-s. AC !, l’APEIS notamment réclament l’indemnisation décente de tou-te-s les chômeurs/ses et précaires.

3. Ne pas se voir jeté à la rue

Il y avait déjà avant le confinement 1,2 millions de locataires en situation d’impayés de loyer. Si la trêve hivernale et les hébergements hivernaux ont été prolongés jusqu’à fin mai, c’est insuffisant car il faut les prolonger sur toute l’année comme le demande la FNARS. Il faut éviter une grosse vague d’expulsions locatives à la levée du confinement, sachant que 6 à 7 millions de personnes vont avoir du mal à payer leur loyer selon une étude de Pierre Concialdi (IRES) pour le DAL. Le maire sortant de Bobigny (UDI) a certes annoncé le 23 avril son intention d’annuler les loyers d’avrilpour les 4000 locataires de l’OPH. Mais c’est resté un effet d’annonce, la mairie n’étant pas décisionnaire.
Le moratoire des loyers est la seule solution, pour l’obtenir le DAL a lancé la suspension des loyers : www.loyersuspendu.org . Des milliers de personnes sont encore sans abri (des SDF se sont vus verbalisés), il faut assurer un hébergement à tou-te-s, par la construction de foyers et de logements très sociaux. A noter:le Conseil d’Etat saisi par le GISTI, la LDH et d’autres associations a exigé le 30/4 la réouverture de l’enregistrement des demandeurs d’asile en Ile de France, privés de droits depuis le 16 mars. Voir enfin le guide d’autodéfense juridique en temps de confinement (legalteam-marseille@riseup.net)

4. Appels à la résistance et pour le jour d’après

Les appels se multiplient. Citons celui des soignants « Bas les masques » https://www.baslesmasques.com qui encourage à des poursuites (plaintecovid.fr). A la suite de l’Appel des Gilets noirs pour une autodéfense immigrée, nous appelons avec les sans papiers à leur régularisation ( manifestation distanciée le 30 mai). L’Appel « Ensemble, tout est possible, soyons responsables » a été lancé sur le blog des invités de Médiapart le 1er mai, suite à l’Appel « Plus jamais ça » signé de 18 syndicats, ONG et associations.

5. Le risque d’un monde du travail dématérialisé

Les mesures d’urgence sanitaire - télétravail, dématérialisation des services publics - ont accéléré le passage à un monde sans contact mais sous contrôle à distance, qui se dessinait déjà, et met en danger nos emplois, leur contenu humain et nos libertés. Cf. l’appel : terrestres.org/2020/04/27/ne-laissons-pas-sinstaller-le-monde-sans-contact/
Pour info : le réseau d’autodéfense juridique collective ( https://rajcollective.noblogs.org) a publié le 4 mai une tribune dans Expansion.Info « Etat d’urgence sanitaire : l’ordre social quoi qu’il en coûte », instructive sur les atteintes à nos libertés.
Ce bulletin est loin d’être exhaustif. Pour tout contact : stopprecarite@gmail.com


Actualités des luttes de précaires sous coronavirus au 5 mai 2020 - Réseau Stop Précarité

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2020

 

<<

Octobre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2829301234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930311
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois

Annonces

Pour les migrants !

Cévennes, terre de refuge...


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 29 octobre 2020

Publication

491 Articles
54 Albums photo
36 Brèves
Aucun site
30 Auteurs

Visites

105 aujourd’hui
202 hier
192425 depuis le début
8 visiteurs actuellement connectés