Newsletter des Outils du soin N° 14

mardi 24 novembre 2020
par  Outils du soin
popularité : 11%


Les pouvoirs publics ont certes institué des mesures utiles comme le chômage partiel pour une partie de la population, mais ont organisé un flou artistique sur les modalités des arrêts de travail (jours de carence par exemple). Tout a été fait notamment pour limiter le recours des soignants aux arrêts de travail. Les choses changent actuellement. Trois articles récents du site des Outils du soin font le point sur ces questions.

Etre soignant.e n’empêche pas d’avoir le droit d’être respecté.e quand on est malade !

Les soignants malades ont été incités à ne pas quitter leur poste, ou à le reprendre le plus vite possible, au mépris de leur santé et de la santé publique. Le Haut Conseil de la Santé publique vient enfin de rappeler les conditions des arrêts des soignants malades du Covid , …quand cela est possible !
http://www.outilsdusoin.fr/spip.php?article732

Non aux inégalités créées par la Sécurité sociale : les jours de carence pour les arrêts de travail liés au Covid-19 doivent être abandonnés.

Le Syndicat de la Médecine Générale pointe l’inégalité de traitement des arrêts de travail selon qu’ils sont donnés par la Sécurité sociale directement ou par le médecin traitant. Le SMG revendique la suppression pour tous et toutes des jours de carence en cas d’arrêt de travail, perte de revenus qui pénalise les plus pauvres .
http://www.outilsdusoin.fr/spip.php?article730

Trois jours de carence pour un arrêt de travail quand on est malade du COVID ?

Sur le terrain, les patients les plus précaires hésitent à s’arrêter si ils se sentent malades du fait du flou artistique qui entoure la question des jours de carence ( et aussi du fait, quand ils sont soignants, de l’interdiction d’utiliser le dispositif declare.ameli)
http://www.outilsdusoin.fr/spip.php?article727


Commentaires

vendredi 27 novembre 2020 à 09h57

Malheureusement je ne crois pas que les choses changent. La soeur d’une de mes collègues est infirmière en réanimation. Elle vient de contracter le COVID. Son médecin du travail lui a dit que comme elle avait peu de symptômes, elle pouvait continuer de travailler. Du coup, on l’a affectée auprès les malades du COVID. Elle ne souhaite pas aller voir son médecin traitant pour un arrêt maladie car elle perdrait le jour de carence et la prime que les infirmier.es touchent quand ils ou elles ne s’arrêtent jamais...

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2021

 

<<

Janvier

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois

Annonces

Pour les migrants !

Cévennes, terre de refuge...


Statistiques

Dernière mise à jour

jeudi 14 janvier 2021

Publication

508 Articles
54 Albums photo
36 Brèves
Aucun site
31 Auteurs

Visites

20 aujourd’hui
93 hier
204156 depuis le début
8 visiteurs actuellement connectés