Psychiatrie : Du mépris, toujours plus de mépris

communiqué de presse de l’Union syndicale de la psychatrie, du 19 novembre 2021
samedi 20 novembre 2021
par  Outils du soin
popularité : 4%

Après la mobilisation du 18 novembre, l’USP note que le ministère ne se préoccupe pas de l’état de la psychiatrie en France et des problèmes d’accueil des patient.es qui en ont besoin.

Dans le contexte du délitement des institutions du sanitaire et du médico-social, les Assises de la psychiatrie, véritable mascarade, n’ont pas répondu aux attentes des professionnels de terrain.
Aussi l’USP a-t-elle soutenu le rassemblement des professionnels de terrain organisé le 18 novembre devant le ministère de la Santé.

Monsieur Véran, ministre de la Santé et de la Solidarité, n’a pas daigné les recevoir. Malgré les enjeux de santé publique, la gravité de la situation, seuls des fonctionnaires du ministère, missionnés à la dernière minute, sans mandat, ont reçu la délégation. Manifestement, ils étaient dans l’ignorance totale de la situation déplorable décrite par nos collègues du champ de la psychiatrie et du médico-social.

Nos paroles et nos écrits ne suscitent donc pas l’intérêt de notre ministre. Il confirme ainsi son dédain vis-à-vis de la prise en soin des personnes en souffrance
psychique, malades ou soignants. Ce n’est décidément pas sa priorité. Le démantèlement des secteurs de psychiatrie publique se poursuit dans un silence assourdissant du ministère de la Santé, manifestement insensible aux arguments de la souffrance humaine.

Pourtant, le rassemblement regroupait des délégations de soignants de tous statuts :
orthophonistes, psychomotricien(ne)s, ergothérapeutes, psychologues, infirmiers, psychiatres, de tout exercice, mais surtout d’institutions, publiques, associatives, de psychiatrie, du médico-social et de nombreuses régions de l’Ouest, du Nord, de l’Est et de l’Ile-de-France.

Face à ce déni de réalité, la délégation des professionnels de terrain a exprimé son indignation.

Elle a fait savoir sa détermination et revendiqué l’absolu nécessité de :
- La mise en place de moyens humains et matériels massifs dans la psychiatrie
publique pour permettre un accueil et une prise en soins dans des conditions respectant la dignité des patients et de leurs familles.
- La suppression de plateformes de coordination et d’orientation pour les enfants des
troubles du neuro-développement, véritable centre de tri des petits patients, retardant in fine l’accès aux soins et aggravant l’embolisation des CMPP.
- La suppression des arrêtés concernant les pratiques des psychologues, un débat autour de la mise en place d’un ordre des psychologues afin de permettre une concertation avec les professionnels du secteur.

Face à ce mépris du devoir de solidarité nationale, psychiatres, réveillons-nous ! Unissons-nous !

Faisons front face à l’abandon de l’Etat dans ses missions de soins et de solidarité.
- Nous ne pouvons cautionner le délaissement de la politique de secteur, garant de proximité et d’intégration de patients au plus près de leur environnement.
- Dénonçons toutes situations de non-assistance des patients, familles et professionnels de psychiatrie et du médico-social du fait de l’absence de places.
- Ne soyons pas complices de l’abandon des malades en souffrance psychique par le
ministère de la santé et de la solidarité !

Non au mépris du ministre de la Santé pour notre engagement auprès des malades, leurs familles et des soignants.

Communiqué de l’USP : du mépris, toujours du mépris

Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Agenda

<<

2021

 

<<

Décembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
Aucun évènement à venir les 48 prochains mois

Annonces

Pour les migrants !


Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 3 décembre 2021

Publication

461 Articles
54 Albums photo
35 Brèves
Aucun site
30 Auteurs

Visites

14 aujourd’hui
236 hier
139086 depuis le début
12 visiteurs actuellement connectés